Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

TERRES D'AQUI

TERRES D'AQUI


SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

Publié par ALBIRÉO sur 12 Septembre 2016, 19:27pm

Catégories : #sorties CHAAM

Cliquer sur les photos pour les agrandir.

*****

Découverte du patrimoine agro-pastoral du Ferrier, bories, cabanes et Castellaras de la Malle ce dimanche 11 septembre 2016.

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

Paysage modelé par une succession de chevauchements du nord vers le sud, à la végétation dégradée par les incendies. Les moutons broutent tout, sauf le genêt que les bergers brûlent pour régénérer les sols. La forêt est pauvre. Beaucoup de pins sylvestres, peu de chênes, sans doute surexploités pour faire du charbon de bois.

Pour avoir de l’eau, les villages s’installent sur les lignes de source.

Nous suivons la piste et arrivons à la première borie...

  • D'où vient le mot "borie" ?

Pour Frédéric Mistral , une borie désigne une grosse ferme. Le terme tombe ensuite en désuétude, et le mot «mas» le remplace. Un syndicat d’initiative reprend le terme pour qualifier ces constructions.

En Provence, on les appelait « cabanons pointus » ; en Languedoc, les « capitelles » étaient les cabanes en pierres situées au fond des vignes.

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

Une borie est donc une cabane en pierre sèche.

La belle borie ci-dessus, de forme massive et à dôme presque aplati est construite en gros blocs. Elle figure sur un cadastre de 1817.

Ses montants et son linteau sont impressionnants et... cachent un petit chien. Sauras-tu le trouver ?

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

À l’intérieur se trouvent deux logettes. Je n’en ai photographié qu’une…

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

Plus loin, une borie ovale, située à la croisée de plusieurs vieux chemins, semble surveiller tout ce qui arrive du col du Ferrier pour aller vers le Castellaras de la Malle.

Les bories se situent dans une fourchette XVIIe - XIXe avec quelques allusions parfois au XVIe. La technique de construction remonte au début du Néolithique sans que l'on puisse attester d'une continuité d'emploi au cours des âges.

 
SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

Un aperçu de la vie des Ligures à travers le texte de Diodore de Sicile, historien et chroniqueur grec du Ier siècle avant J-C, auteur de la Bibliothèque historique.

XXVI. Des Liguriens.

LES LIGURIENS qui viennent ensuite, habitent un canton sauvage et stérile. Ils mènent une vie misérable, travaillant assidûment à des ouvrages rudes et fâcheux. Comme leur pays est couvert d'arbres, ils sont obligés de passer tout le jour à les couper. Pour cet effet, ils se servent de haches extrêmement fortes et pesantes. Ceux qui travaillent à la terre sont le plus souvent occupés à casser les pierres qu'ils y rencontrent, car ce terroir est si ingrat qu'il serait impossible d'y trouver une seule motte de terre qui fût sans pierre. Cependant, quelque rudes que soient leurs travaux, la longue habitude les leur fait paraître supportables. Ils achètent une très petite récolte par beaucoup de peines et de fatigues. L'assiduité au travail et le défaut de nourriture les rendent extrêmement maigres, mais en même temps très nerveux. Leurs femmes les aident dans leurs travaux, car elles ne sont pas moins laborieuses que leurs maris. Les Liguriens vont fréquemment à la chasse et ils réparent, par le nombre des bêtes qu'ils y tuent, la disette de fruits qui règne chez eux. Comme dans leurs chasses ils sont souvent obligés de passer sur des montagnes couvertes de neige et par des lieux très escarpés, leurs corps en deviennent plus forts et plus agiles. La Ligurie étant pour ainsi dire un pays inconnu à Cérès et à Bacchus, la plupart de ses habitants ne boivent que de l'eau et ne mangent que de la chair des animaux domestiques ou sauvages, et quelques herbes qui croissent dans leurs campagnes. Ils passent ordinairement la nuit couchés à plate terre, rarement dans des cabanes, mais plus souvent dans les fentes des rochers ou dans des cavernes creusées naturellement et capables de les garantir des injures de l'air. Au reste, ils conservent en ceci comme en toute autre chose leurs premières et plus anciennes façons de vivre. On peut dire en général que dans la Ligurie, les femmes y sont aussi fortes que les hommes, et que les hommes y ont la force des bêtes féroces. Aussi leur entend‑on souvent dire qu'à la guerre, le plus faible Ligurien ayant appelé à un combat singulier le Gaulois le plus grand et le plus fort, ce dernier a presque toujours été vaincu et tué. Les Liguriens sont armés plus à la légère que les Romains. Ils portent un bouclier à la gauloise et une épée d'une médiocre grandeur. Par-dessus leur tunique ils mettent un ceinturon et leurs habillements sont de peaux de bêtes fauves. Cependant, quelques‑uns d'eux ayant servi sous les Romains ont changé l'ancienne forme de leurs armes pour se conformer aux usages de leurs chefs. Ils font paraître leur courage non seulement dans la guerre, mais encore dans toutes les rencontres périlleuses de la vie. Ils courent des risques infinis, lorsqu'ils vont négocier dans les mers de Sardaigne et d'Afrique, s'exposant aux plus horribles tempêtes, dans des barques ordinaires, et qui n'ont point les agrès nécessaires à la navigation.

http://remacle.org/bloodwolf/historiens/diodore/livre5.htm

Un peu plus loin, une cabane ruinée, aux murs très épais.

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

À l’extérieur, deux pierres trouées, une sur le mur nord, une sur le mur sud, servaient à attacher l’animal de bât.

Pierre trouée du mur nord

Pierre trouée du mur nord

Pierre trouée du mur sud

Pierre trouée du mur sud

À proximité, quelques membres du CHAAM errent autour des trois pierres plates sur lesquelles on déposait le sel destiné aux bêtes.

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

Nous laissons les vieilles pierres à leur silence…

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

… pour chercher une borie cachée dans la forêt. Elle apparaît sous les feuillages.

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE
  • Comment dater une borie ?

Parfois une date est gravée sur une pierre de la borie. Toutes les dates trouvées à ce jour indiquent le XVIIIe ou XIXe siècle. Cependant on peut toujours évoquer la possibilité d'un réemploi de la pierre datée ou le fait que la date gravée corresponde à une réfection du monument.

D’autres sources possibles avec les cadastres, les écrits variés, comme ceux ci-dessous :


Testament de Guillaume Amalric, « laboureur » à Moussac (Uzège), datant de 1630 (sous le règne de Louis XIII) : il y est question d'une « cappitelle ».

Récit de l'arrestation par Jacques Durinam, lieutenant de compagnie, de religionnaires réunis pour une assemblée du Désert dans une vigne du côté du chemin d'Allais (Alès) en 1686 : il y est fait état d'une « caverne bastie à pierre sèche, vulgairement appelée capitelle ».

Jugement rendu le 3 novembre 1727 par Louis de Bernage, intendant de la Province du Languedoc, toujours en rapport avec une assemblée du Désert : il y est fait mention d'« une Hute battie à pierre seiche, appelée vulgairement Capitelle ».

Description (dessins à l'appui) par Novy de Caveyrac en 1743, d'une assemblée du Désert se tenant dans une « capitelle » à la métairie du four Bourrely, chemin de l'Alouette à Nîmes.
Compoix (graphiques) de Nîmes établis entre 1773 et 1786 relevant 600 capitelles situées entre les routes d'Avignon, d'Uzès et d'Alès : les édifices sont figurés en élévation. Il y est question des « Capitelles de Deylaud »; sur le plan No 29, un édifice arbore même la mention « capitèle ».



https://fr.wikipedia.org/wiki/Capitelle

*****

L'ascension se poursuit. Au sommet...

 

LE CASTELLARAS DE LA MALLE

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

Situé à 1200m d’altitude, le Castellaras de la Malle ou Camp de la Malle est une enceinte de hauteur en pierres sèches. Elle daterait du IIe – Ier siècle avant J-C.

 

Ci-dessous, un article de Paul Goby publié en 1908 à l'issue du 3ème congrès préhistorique de France, Autun, août 1907, sur le camp de La Malle.
SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

Son entrée principale, au nord, est protégée par un mur qui la dépasse et se referme en avant de la porte. Cette configuration, peu fréquente, semble indiquer une volonté de protection.

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

Aujourd'hui dimanche, la porte est gardée par les farouches membres du CHAAM… assis sur ses vestiges...

Extrait de la fiche descriptive n°33 : SAINT-VALLIER-DE-THIEY - Henri Geist

Extrait de la fiche descriptive n°33 : SAINT-VALLIER-DE-THIEY - Henri Geist

L'enceinte de la Malle est la plus importante et la plus spectaculaire des enceintes des Alpes-Maritimes. Construite en arc de cercle sur à pic, elle est inaccessible par le côté est, où le mur, peut-être moins solide, a disparu.

Côté sud et côté ouest, la muraille épaisse est constituée de trois parements.

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE
SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE
SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

La présence d’un avant-mur, situé à environ 7m du mur ouest, le plus exposé, évoque aussi l’idée de protection.

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

Il est généralement admis que les enceintes représentent l’élément défensif. Difficiles à dater en raison de fouilles insuffisantes.
Il est probable qu’elles ont été édifiées au moment où les conflits étaient permanents, c'est-à-dire pour l’accès à la production agricole. Elles doivent probablement dater de l’âge du fer.
Ce sont des ouvrages monumentaux qui ont dû demander de longues années de travail en raison du volume énorme de pierres qu’il a fallu tailler même grossièrement et mettre en place.
Sur le pourtour des plateaux de St vallier St Cezaire on note 21 enceintes.
La plus majestueuse est celle du Castelarras de La Malle : 108 m de long, 31 m de large, hauteur au maximum de 5 mètres.
Certains blocs ont une dimension de plus d’1 m3.
Il fait partie des plus beaux camps ligure de Provence

http://geologierandonneurs.fr/conferences/pastoralisme.pdf

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE
Plus d'informations sur ce lien menant à un article ("Les enceintes de hauteur de la région de Grasse. État de la question et perspectives") d'un des protagonistes du PCR (Projet Collectif de Recherches) "Enceintes de hauteur des Alpes-Maritimes 2001-2003", Bruno Belotti

Vieilles pierres qui ont inspiré une vidéo toute en poésie et en musique à Odile Lacaille d'Esse :

…  et l’imagination s’envole par-delà les montagnes bleues...

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

*****

… et nous, nous redescendons vers une borie au dôme effondré...

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

... mais avec une jolie niche...

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

Plus loin, dans un bosquet d’arbres, une autre se dresse...

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

... avec une date gravée sur son linteau : 1779

Au-dessous de la date, les lettres"FP", semble-t-il...

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

Un petit enclos est accolé à la construction.

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

Sur la route caillouteuse, quelques pierres au milieu des herbes jaunes enlacent un arbre.

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

Les fleurs d’un chardon se parent de bleu...

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

… et la grande borie sublime le paysage...

SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE
SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE
SAINT-VALLIER-DE-THIEY ET CAMP DE LA MALLE

*****

Une jolie rentrée pour le CHAAM !

À bientôt pour de nouvelles découvertes et merci notre guide et à nos conférenciers de plein air...

Commenter cet article

mansfield 18/09/2016 21:27

Dire qu'on pourrait passer son chemin, ne voir que de vieilles pierres alors que c'est la vie d'avant qui a semé des traces comme des messages pour nous aujourd'hui. Merci pour ces belles photos!

Albireo 19/09/2016 09:10

Merci Mansfield :-)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents