Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TERRES D'AQUI

TERRES D'AQUI

Le blog du Cercle d'Histoire et d'Archéologie des Alpes-Maritimes..


LA GAUDE

Publié le 21 Mai 2018, 06:40am

Catégories : #sorties CHAAM

20/05/2018

 

Cliquer sur les photos pour les agrandir.

***

PROGRAMME

 

 - Découverte d'un sarcophage romain à double compartiment sur le bord d'une voie antique (voie Aurélienne).

 - Puis longue descente sur un ancien chemin (sans doute toujours la voie Aurélienne), jusqu'à un pont sur la Cagne, dans un paysage à peu près conservé ou redevenu sauvage avec de vieux moulins envahis par la végétation.

 - Parcours souvent "sportif" pour découvrir les ruines d'une usine hydroélectrique et le béal, dit du Tacon, qui permettait de faire tourner la turbine.

***

  • LE SARCOPHAGE ROMAIN

 

Il s'agit d'une cuve sépulcrale à double compartiment, datée de la seconde moitié du IIe siècle ou de la première moitié du IIIe, en calcaire.

D'abord employée dans le mur d'une bastide sur le chemin de la Baronne, puis enfouie pendant 80 ans, elle a été exhumée en 1981 et placée dans une niche murale dans le jardin de la mairie..

LA GAUDE

Une inscription est gravée sur les deux cartouches, séparées par une bande centrale verticale décorée de motifs végétaux stylisés, en relief.

Sur le compartiment de gauche :

Cremonio Albuci fi(lio) / Aulino immatura / aetate decepto (ui) vi/xit ann(os) XII et Vinicio / Ingenui filio Aulino / prima aetate [erepto] / q(ui) vixit an[n(os)...] / Vibia Ma[terna filiis] / piissimis [et dul] / ciss[imis fecit].

"A Cremonius Aulinus, fils d'Albicius, que la mort a prématurément surpris, qui a vécu 12 ans, et à Vinicius Aulinus, fils d'Ingenuus, surpris dans son premier âge, qui a vécu (...) ans, Vibia Materna a élevé (le monument) à ses fils très pieux et très chéris."


Sur celui de droite :

Cremonio Albucio / dec(curioni) Vint(iensium) IIvira(li) / sacerdotali et om/nibus honoribus fu/ncto Vibia Mater/na marito incom/parabili fecit.

"A Cremonius Albucius, décurion des Vintienses, parvenu au duumvirat, à la prêtrise et à tous les honneurs, Vibia Materna à son mari incomparable, a élevé (le monument)."

Des informations sur le sarcophage en suivant les liens ci-dessous :

***

  • LE FOUR À CHAUX, LE PONT ET LES MOULINS

 

Nous quittons l'Antiquité pour une époque plus récente. Sur le chemin qui descend vers les vestige d'un moulin à blé, nous croisons les traces d'un four à chaux, dissimulé derrière la végétation.

Le four à chaux

Le four à chaux

Un four à chaux consiste à creuser un trou dans lequel s'entassent couches de pierres calcaire et de charbon de bois que l'on laisse brûler. 

La région est riche en calcaire et en chênes. Le bois était aussi utilisé pour faire le charbon de bois.

Pour traverser la rivière, un pont large et solide permettant d'accéder au moulin situé sur l'autre rive.

LA GAUDE
LA GAUDE

Caché par la végétation, les ruines du moulin à blé...

Le moulin

Le moulin

LA GAUDE

Une meule est toujours en place

La meule

La meule

LA GAUDE
LA GAUDE

Pour faire fonctionner un moulin, il faut de l'eau, une roue ou une turbine. Celui-ci était équipé d'une turbine située dans ce trou.

Le trou de la turbine

Le trou de la turbine

Le système d'évacuation au-dessous du moulin...

Sous le moulin...

Sous le moulin...

LA GAUDE
Une pièce du moulin...?

Une pièce du moulin...?

En amont, un autre moulin...

Photo de Bernard Brunstein

Photo de Bernard Brunstein

Photo de Bernard Brunstein

Photo de Bernard Brunstein

Photo de Bernard Brunstein

Photo de Bernard Brunstein

Photo de Bernard Brunstein

Photo de Bernard Brunstein

Des informations sur les moulins de la Cagne en suivant le lien ci-dessous :

***

  • LE BÉAL DIT DU TACON ET L'USINE HYDROÉLECTRIQUE

 

Dans une végétation conservée, sans traces d'agriculture...

LA GAUDE

... un béal remarquable longe la falaise...

LA GAUDE
LA GAUDE


... ou la traverse sous un tunnel...

LA GAUDE
Détail de la décoration du tunnel

Détail de la décoration du tunnel

... jusqu'au captage.

Le captage du canal dit du Tacon - photo de Michèle Bianchi

Le captage du canal dit du Tacon - photo de Michèle Bianchi

Le captage du canal dit du Tacon - photo de Michèle Bianchi

Le captage du canal dit du Tacon - photo de Michèle Bianchi

De l'autre côté, à l'aplomb de l'usine, une vanne permettait de contrôler le débit de l'eau...

LA GAUDE

... et une grille retenait les branchages qui pouvaient y tomber.

LA GAUDE

Pour atteindre l'usine, un sentier descend à travers la forêt jusqu'au bord de la rivière, débouche devant une falaise aux lichens colorés, avec une grotte aux stalactites...

LA GAUDE
Les couleurs des lichens

Les couleurs des lichens

Les vestiges de l'usine se dressent, envahis par les arbres...

LA GAUDE
LA GAUDE

Construite dans les années 1910, elle a été restaurée dans les années 20 et abandonnée dans les années 30.

LA GAUDE
LA GAUDE
LA GAUDE

Au mur, quelques "porcelaines" ébréchées...

LA GAUDE

Au sol, les restes de l'alternateur...

LA GAUDE
LA GAUDE

... dans un décor de forêt vierge...

LA GAUDE
Détail avec la date : 1924

Détail avec la date : 1924

A droite, le système hydraulique qui plonge sous le plancher....

LA GAUDE

... pour ressortir ici.

LA GAUDE

Le système hydraulique au-dessous du plancher...

LA GAUDE
LA GAUDE
LA GAUDE

Des informations sur le canal et l'usine en suivant le lien ci-dessous :

***

Ainsi s'achève la journée, riche de découvertes passionnantes, en remerciant chaleureusement notre guide, Bénédict Lacavalerie.

__________________________________________________________________

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

C
De formidables découvertes et un superbe reportage, riche d'une documentation qui me ravit!
De ce sarcophage romain qui éveille l'imagination et titille l'intellect, on chemine vers des moulins ensevelis dans la verdure. Les détails et explications sur les fours à chaux sont très intéressants.
Les vannes et machines hydrauliques également.
Je me suis régalée à crapahuter à travers cette terre pleine de vestiges qui ne demandent qu'à être considérés, explorés, étudiés, un grand merci pour la promenade et bravo à la rédactrice et aux personnes qui se passionnent pour ce que le passé a à offrir!
Grosses bises Albiréo et merci de ces instants de culture et de découverte magistraux!
Cendrine
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents