Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

TERRES D'AQUI

TERRES D'AQUI


SOSPEL

Publié par ALBIRÉO sur 5 Avril 2016, 09:12am

Catégories : #sorties CHAAM

Cliquer sur les photos pour les agrandir.

SOSPEL

Dimanche 3 avril 2016 : aujourd'hui, Sospel nous dévoile son riche patrimoine et son histoire.

 

*********************

Située à envron 350 m. d'altitude, la ville se développe au bord de la rivière Bévéra, un affluent de la Roya.

 

  • Quelques dates :

 

Les premières traces d'occupation humaine datent de -3000 à -1500. Elles ont été trouvées dans la grotte de l'Albarea.

La région est plus tard occupée par des tribus celto-ligures comme le laisse présumer la présence de vestiges de castellaras.

voir le lien d'une sortie du CHAAM ci-dessous sur le sujet :

Le temps avance ; la Pax Romana n'a laissé aucune trace. Seule, une unique pierre dans un mur, vers Breil, provenant d'un moulin et datée de l'époque romaine serait en faveur d'une exploitation agricole, mais aucune cité romaine n'a été retrouvée.

- 1091 : date du premier texte provenant de l'Abbaye de Lerins Saint-Honorat qui mentionne Sospel.

- 1217 : texte attestant la présence d'un pont, le Pont Vieux sans doute, dont la pile centrale date du XIIIe siècle. Le pont a été reconstruit au XVIe.

Le Pont Vieux

Le Pont Vieux

Le Pont Vieux et sa pile centrale dont la base est médiévale

Le Pont Vieux et sa pile centrale dont la base est médiévale

- 1258 : Sospel passe aux Comtes de Provence et devient chef-lieu de viguerie.

Commune sous la tutelle des comtes de Vintimille au Moyen Âge, Sospel affirme très tôt son indépendance face aux revendications des comtes, contraints de faire acte d'allégeance à la république de Gênes qui avait des visées sur la région. Sospel cherche donc la protection du comte de Provence, seul contrepoids à l'hégémonie génoise.

Le 28 mars 1258, la cession de Sospel à la Provence est effective. Chef-lieu de viguerie, Sospel gagne en importance sur le plan administratif. Il existait en 1258 seulement 6 vigueries dans le comté de Provence : Marseille, Hyères, Draguignan, Nice, Grasse, Sospel (viguerie de Vintimille - Val de Lantosque) et 4 bailliages : Toulon, Saint-Maximin, Brignoles, Puget-Théniers. Il suffit de constater l'étendue de cette viguerie pour juger de l'importance de cette cité médiévale.

Le grand Schisme d'Occident permet à Sospel de devenir évêché dès 1378, en faisant pression sur le nouvel évêque de Vintimille, qui s'établit définitivement à Sospel. En représailles, le pape romain Urbain VI nomme un autre évêque à Vintimille. Un nouvel évêque, Pierre Marinaco, est nommé à Sospel en 1384, et ce dernier ayant été promu archevêque à Famagouste (Chypre) laisse le poste vacant. À la suite de l'élection d'un troisième souverain pontife en 1409 au concile de Pise (Alexandre V), l'église catholique romaine, en plein chaos, ne se soucie guère de trouver un remplaçant à Pierre Marinaco, et Sospel se retrouve donc sans évêque. Il faut attendre la fin de l'année 1411 pour que l'évêque de Vintimille pardonne à Sospel ses infidélités épiscopales pendant le schisme.

wikipedia

La cité se développe. Ses terres sont fertiles mais surtout elle est située sur un axe de communication : la route du Sel.

- 1388 : Sospel, comme tout le comté de Nice, fait acte de dédition à la Savoie. Elle gagne encore en importance car elle est aussi la route vers le port de Villefranche pour la Maison de Savoie. Le sel continue à être acheminé depuis Hyères ; des échanges commerciaux se font avec le Piémont.

- à la fin du XIe s. Charles-Emmanuel de Savoie prend le fief de Tende aux Lascaris. Il aménage une route royale qui passe par Sospel.

- 1780 : la route Royale est rendue carrossable. C'est la première voie carrossable qui traverse les Alpes.

C'est l'apogée de Sospel. Elle devient la seconde ville du comté après Nice, se dote d'une nouvelle église.

- 1814 à 1860 : les années de restauration sarde avec la volonté de redonner du faste. Les façades sont décorées en trompe-l'oeil...

SOSPEL
SOSPEL

- Après 1860 et le passage à la France, Sospel perd sa position stratégique et décline. Cependant, elle ne reste pas en marge du tourisme. Dans les années 1900, un tramway fait la liaison avec Menton, un golf 18 trous est aménagé, un palace, le "Palais du golf", est construit.

- Dans les années 1930, le projet de la ligne Maginot est lancé, de nouveaux forts se joignent aux anciens pour défendre la frontière.

ci-dessous, le lien d'une sortie CHAAM au fort Suchet du mont Barbonnet

Aujourd'hui, Sospel compte 3600 habitants dont la plupart travaille sur le littoral. Le plus gros employeur de la ville est l'hôpital.

 

  • Le patrimoine :

 

Nous pénétrons dans la cité médiévale par la rue de la République, anciennement Carriera Longua.

SOSPEL

Au début de la rue, ou plutôt à la sortie du bourg médiéval, une fontaine circulaire qui figure déjà sur des gravures des années 1680...

SOSPEL

La Carriera Longua était l'artère commerçante, située sur la route muletière du sel jusqu'au XVIIIe siècle. Les maisons du XIIIe, XIVe s. présentent des niveaux d'élévation, gardent la trace d'arcades aujourd'hui comblées...

SOSPEL
SOSPEL
SOSPEL

Nous bifurquons par une rue étroite pour déboucher devant l'église Sainte-Croix des Pénitents blancs, au clocher triangulaire d'époque baroque...

SOSPEL
SOSPEL

... et à l'abside en premier art roman. La chapelle Sainte-Croix des Pénitents blancs a été construite au XVIe s. sur l'emplacement d'une église romane dédiée à saint Nicolas dont seule l'abside du XIe s. subsiste. Ce prieuré appartenait à l'abbaye de Saint-Pons.

Abside médiévale

Abside médiévale

L'église comporte une nef unique, un choeur à fond plat. Des stalles en noyer sont alignées le long des murs...

SOSPEL
SOSPEL

Du mobilier liturgique appartenant aux Penitents blancs y est conservé, comme la bannière avec leur devise...

SOSPEL

... ou un gisant du Christ en bois de figuier du XVIIe s.

SOSPEL

Au dessus de l'autel, un magnifique tableau de la Vierge de Pitié avec saint Dominique, saint Nicolas, sainte Lucie et sainte Catherine d'Alexandrie...

SOSPEL

... fait face à un décor en trompe-l'oeil issu du courant baroque.

SOSPEL

La confrérie des Pénitents blancs de Sospel

La confrérie des Pénitents blancs de Sospel a été fondée en 1398, probablement sur le modèle de la confrérie de Saint-Antoine crée à Gênes le 20 mars 1306. Cette dernière confrérie a servi de modèles aux premières confréries fondées en Ligurie et en Provence.
En 1480, les biens possédés par la confrérie à Sospel et autour sont importants.
En 1518, la confrérie fusionne avec celle de sainte-Catherine. C'est alors une confrérie mixte.
Les revenus de la confrérie en 1754 sont de 164 lires, bien plus importants que ceux des autres confréries.
C'est la plus importante des confréries de pénitents de Sospel. L'enquête de 1809 montre qu'elle a alors 350 membres. Aujourd'hui, la confrérie est toujours une confrérie mixte et compte encore 25 membres.

wikipedia

Nous quittons les Pénitents blancs pour la place Saint-Nicolas, aux arcades harmonieuses...

SOSPEL

Sur cette place, la reine Jeanne avait accordé l'installation d'une grande foire annuelle. La bâtisse centrale, ancienne propriété de la confrérie du Saint-Esprit, devient l'hôtel de ville en 1793. La place s'ouvre sur le Pont Vieux qui n'a jamais été à péage, la ville de Sospel s'étant développée sur les deux rives de la Bévéra en même temps.

Nous traversons le pont pour explorer la rive droite.

Rue du Pont Vieux, une façade avec une fenêtre à meneau autour de laquelle un enduit gravé de losanges devait être peint de couleur vive au XVe s.

SOSPEL

Rue Saint-Pierre, ancienne Carriera Dretcha, se dresse l'ancien palais de la viguerie, du XIIIe s.

SOSPEL

Une inscription, en latin semble-t-il, sur une pierre de la façade, pas très lisible sur la photo, qui dirait, d'après la traduction faite par les émérites membres du CHAAM :

"Maître François m'a construit"

SOSPEL

Les quartiers de la rive droite sont plus riches que ceux de la rive gauche commerçante. Ici, un linteau superbe sous lesquel la porte s'ouvre, découvrant un couloir aux arcades délicatement sculptées...

SOSPEL
SOSPEL

La rue débouche sur la place Saint-Michel et l'ensemble architectural qui l'entoure.

La cathédrale Saint-Michel

La cathédrale Saint-Michel

La place vue depuis la cathédrale Saint-Michel

La place vue depuis la cathédrale Saint-Michel

La place Saint-Michel est située en rive droite de la Bévéra, devant l'église Saint-Michel. Elle a une forme en entonnoir.
Le pavement en calade fait de galets gris et blancs installés de champs date de la fin du XVIIe siècle et du début du XVIIIe siècle et formant une rosace.
Elle est entourée d'édifices dont certains sont inscrits ou classés au titre des monuments historiques :

- chapelle de l'Immaculée-Conception des Pénitents gris,
- chapelle des Pénitents rouges,
- palais Ricci des Ferres qui a accueilli le pape Pie VII en 1809,
- plusieurs maisons gothiques à arcades avec décors en trompe-l'œil.

Derrière les chapelles des Pénitents on peut voir les vestiges des remparts de la ville et du château.
La place a servi de décor au film « Un sac de billes » de Jacques Doillon d'après le roman de Joseph Joffo, réalisé en 1975.
La place fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 18 mars 1947.

wikipedia

Chapelle des Pénitents gris

Chapelle des Pénitents gris

Chapelle des Pénitents rouges

Chapelle des Pénitents rouges

Reconstruite en 1641 selon le modèle baroque, sa façade et son choeur modifiés en 1762, la cathédrale Saint-Michel a gardé le clocher du XIIIe s.

SOSPEL

Sospel fut érigé en évêché fin XIVe s. La cathédrale Saint-Michel donne la mesure de l'importance de la ville à l'époque baroque. Récemment rénovée, elle resplendit d'or et de clarté...

SOSPEL
SOSPEL
SOSPEL
SOSPEL
SOSPEL

Le retable de la Pietà du XVe s. fait face à celui de la Vierge Immaculée de François Bréa, chef-d'oeuvre de la Renaissance...

La Pietà avec une des plus anciennes représentation de pénitents

La Pietà avec une des plus anciennes représentation de pénitents

La Vierge Immaculée

La Vierge Immaculée

La Vierge Immaculée (détail)

La Vierge Immaculée (détail)

Entre les deux, un tabernacle du XVIIIe s. aux incrustations précieuses...

SOSPEL

Au-dessus de la grande porte, l'orgue des frères Agati (1843), célèbres facteurs toscans.

SOSPEL

La visite de Sospel se poursuit par une promenade vers les vestiges d'une abbaye des Carmélites recouverte de lierre, vers ceux des remparts et de la dernière porte encore debout...

Abbaye des Carmélites

Abbaye des Carmélites

La porte des remparts

La porte des remparts

La visite de Sospel s'achève. Un grand merci à notre guide pour ses explications passionnantes.

Pour clôturer la matinée, la municipalité nous convie à un apéritif sur le Pont Vieux. Quelle meilleure façon de partager l'histoire ?

**********

Ci-dessous, deux liens pour plus d'infos sur Sospel :

L'après-midi sera consacré à la visite du fort Saint-Roch. Le compte-rendu se trouve sur le lien ci-dessous :

Commenter cet article

Jean-Pierre Cavelan 06/04/2016 10:34

Bravo et merci pour cet excellent reportage !
Mes photos sont ici :
http://www.ipernity.com/doc/yanpetro.cavelan/album/882248
Amicalement
Jean-Pierre

Albireo 07/04/2016 08:30

Merci d'être passé sur mon blog et bravo pour les photos !
À bientôt

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents