Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TERRES D'AQUI

TERRES D'AQUI

Le blog du Cercle d'Histoire et d'Archéologie des Alpes-Maritimes..


GRÉOLIÈRES

Publié par M.C sur 13 Juin 2022, 06:04am

Catégories : #sorties CHAAM

 

 

12/06/2022

        

                     Cliquer sur les photos pour les agrandir

 

 

GRÉOLIÈRES

 

GRÉOLIÈRES

Le village de Gréolières a connu trois sites :

- Le Baou de Saint-Jean avec l’église Saint-Jean et le castello de Majone

- Le site des ruines du château des Basses Gréolières, sur le village de Gréolières actuel

- Le village en ruine des Hautes Gréolières

 

LE BAOU DE SAINT-JEAN

Le plus ancien village était sur le Baou de Saint-Jean.

Le Baou de Saint-Jean

Le Baou de Saint-Jean

Les vestiges d’une église dédiée à ce saint y sont encore visibles. D’après une charte de 1047, le site s’appelait Castello de Majone ou Mayone.

L'église du castellum de Mayone est donnée en 1047 à l'abbaye Saint-Victor de Marseille. D'après son mode de construction, les restes encore visibles sur le Bau Saint-Jean pourraient dater de cette époque. Il s'agit d'un petit édifice orienté, de plan rectangulaire, prolongé d'une abside semi-circulaire. Une petite construction carrée est accolée à l'extrémité orientale de la nef, au sud ; il s'agit peut-être de la base d'un clocher-tour, plus probablement d'une chapelle baptismale. Ce lieu de culte est encore mentionné en 1312...

Inventaire du canton de Coursegoules : la commune de Gréolières. Recherches Alpes-Maritimes et contrées limitrophes régionales 2004- N° 175 (Texte de Jean-Claude Poteur).

Voir lien ci-dessous :

 

HAUTES-GRÉOLIÈRES

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les Hautes-Gréolières ne sont pas la deuxième implantation, mais la troisième, le second site étant le village de Gréolières actuel.

En haut, à gauche de l’image, le château -  en face, à droite, l’église Saint-Etienne - au-dessous, le village.

En haut, à gauche de l’image, le château - en face, à droite, l’église Saint-Etienne - au-dessous, le village.

Pourquoi la construction d’un nouveau village plus haut ?

Au XIIIe siècle, le comte de Provence vient assiéger Gréolières, et, pour ce faire, construit un donjon dont on a retrouvé les fondations, et le château.

Cliquer ci-dessous, l’histoire du site

GRÉOLIÈRES
Village de Gréolières au début du XXe siècle

Village de Gréolières au début du XXe siècle

GRÉOLIÈRES
  • Le château
Le château aujourd'hui

Le château aujourd'hui

Le château a été modifié au cours du temps.

Ci-dessous, les plans des divers aménagements

GRÉOLIÈRES
GRÉOLIÈRES

Le village était entouré de murailles et devant le rempart, on trouve encore les vestiges de fausses braies.

Vestiges de l'enceinte du village dans la broussaille

Vestiges de l'enceinte du village dans la broussaille

Fausses braies devant le rempart

Fausses braies devant le rempart

  • L'église Saint-Étienne

 

L'église Saint-Étienne

L'église Saint-Étienne

L’église Saint-Étienne est citée pour la première fois en 1312. Elle a été l’église paroissiale de ce village.

Cliquer ci-dessous pour plus d'informations

GRÉOLIÈRES
GRÉOLIÈRES
GRÉOLIÈRES
GRÉOLIÈRES

Une construction extérieure devait être accolée sur les arcs implantés dans le mur sud.

GRÉOLIÈRES

Une des marches de l'entrée est une pierre de remploi de l'autel médiéval. On y trouve une petite niche.

GRÉOLIÈRES

 

  • La chapelle Sainte-Pétronille

 

La chapelle est mentionnée dans une visite pastorale de 1683.

Selon la légende, la romaine Pétronille fut baptisée et catéchisée par le saint apôtre Pierre, lequel est considéré comme étant son père spirituel. Parfois, on la désigne comme fille naturelle de saint Pierre.

Pétronille étant d’une grande beauté, un noble romain nommé Flaccus la demanda en mariage. Mais la pucelle, désirant rester fidèle au Christ, refusa. Elle est morte en vierge et martyre à Rome.

 

GRÉOLIÈRES
GRÉOLIÈRES
GRÉOLIÈRES

 

BASSES-GRÉOLIÈRES

GRÉOLIÈRES

La première mention date de 1033. Le site porte le nom de Graulieras, vocable qui, d’après l’hypothèse émise par André Compan, évoquerait la corneille.

 

En 1079, une bulle papale mentionne un castrum, peut-être le premier château ?

En 1592, le château est dégradé par les combats lors des guerres de religions.

Les ruines actuelles datent du XVIIe siècle.

En 1976, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

 

  • L'église Saint-Pierre
GRÉOLIÈRES

La premiere église de Gréolières était Notre-Dame de Verdelay, située à l’extérieur du village. L’église Saint-Pierre est citée pour la première fois en 1312.

saint Pierre

saint Pierre

L’église a été agrandie au XVIe siècle.

Partie initiale

Partie initiale

Partie agrandie

Partie agrandie

Un pilier de remploi, colonne posée à l’envers, sa base en haut, porte la date 1533.

GRÉOLIÈRES
GRÉOLIÈRES

On y trouve le retable de saint Étienne, saint reconnaissable au caillou posé sur sa tête pour signifier son martyre par lapidation. Le retable qui provient de l’église Saint-Étienne des Hautes Gréolières.

GRÉOLIÈRES

En 1709, l’église est en mauvais état. Des travaux sont entrepris et se terminent en 1727. La façade est remaniée, le clocher n’est pas d’origine mais de 1727.

Sur l’entrée au centre, un pélican, symbole de l'amour paternel que l'iconographie chrétienne a fait symbole du Christ, et sur un côté, un angelot tenant un bouclier avec la date 1530, qui correspond aux travaux effectués à l’intérieur comme la date de 1533 retrouvée sur le pilier.

Pélican

Pélican

Angelot

Angelot

Sur la façade, l’emplacement de l’ancienne porte.

GRÉOLIÈRES

 

  • Le château
GRÉOLIÈRES

Le château a été bombardé en 1592 par le duc de Savoie. Il a été restauré régulièrement jusqu’au XVIIIe siècle.

Il dominait le village, lui-même enfermé par une enceinte dont une portion était encore visible en 1975. Le village s’est étendu à partir du XVe/XVIe siècle.

Dans les années 1970, une maison, dont on aperçoit le toit de tuiles, a été construite à l’intérieur, mais n’a jamais été habitée.

  • La croix du Tricot
GRÉOLIÈRES

Érigée le 15/04/1827, on y trouve la même phrase, " L'enfer a été vaincu par la mort de Jésus", gravée sur ses quatre faces, en quatre langues : latin, grec, italien, français.

Au sommet de la croix, une pierre de remploi qui pourrait dater du XIIIe siècle.

 

Dans le village, quelques linteaux..

Un authentique de 1623, probablement la porte d'un tailleur vu le mètre et les ciseaux qui y sont gravés.

Un authentique de 1989, façon Renaissance, de quoi interroger les archéologues du futur !

1623

1623

1989

1989

 

  • Notre-Dame de Verdelay
GRÉOLIÈRES

Histoire et dates importantes
L' église est mentionnée à partir de 1047 ; elle est alors confiée à l' abbaye Saint-Victor-de-Marseille qui en reste propriétaire jusqu' à la Révolution ; mais le mode de construction de la partie occidentale, aujourd' hui à ciel ouvert, suggère une date d' érection qui pourrait se situer dans le haut moyen âge ; le type de mention (église de villa) indique qu' il s' agit d' un élément du 1er réseau paroissial ; elle perd ce rôle lors de la construction de la nouvelle église de Gréolières, au 12e siècle ; elle est transformée peu après, vraisemblablement au 13e siècle ;

https://www.patrimoine-religieux.fr/eglises_edifices/06-Alpes-Maritimes/6070-Greolieres/123054-EgliseparoissialeNotre-DameditechapelleNotre-Dame-de-Verdelaye

elle est probablement ruinée durant la 2e moitié du 14e siècle ; à la fin du 16e siècle ou au début du 17e siècle, on abandonne la partie occidentale et l' on restaure la partie orientale en la fermant d' une nouvelle façade au niveau d' un arc doubleau ; une visite pastorale de 1664 la mentionne en effet comme en partie démolie et une autre, en 1705, nous apprend que l' avant chapelle est découverte ; elle est mentionnée comme ruine dans le cadastre de 1841 ; la moitié de l' abside s' est effondrée en 1979 ; l' édifice est dénommé à tort chapelle Saint-Barnabé sur la carte IGN Roquesteron 6 de 1933

https://www.patrimoine-religieux.fr/eglises_edifices/06-Alpes-Maritimes/6070-Greolieres/123054-EgliseparoissialeNotre-DameditechapelleNotre-Dame-de-Verdelaye

GRÉOLIÈRES
GRÉOLIÈRES

A côté de la chapelle, une borne milliaire.

GRÉOLIÈRES

L’étymologie de mot Verdelay pourrait être en relation avec bois sacré. Si cette hypothèse est un jour avérée, elle serait alors en faveur d’une église construite sur un temple antique, d’autant que la voie romaine passait à proximité.

Peut-être la voie romaine...?

Peut-être la voie romaine...?

La voie romaine passait à droite de l'église, la borne milliaire est située à gauche de l'église

La voie romaine passait à droite de l'église, la borne milliaire est située à gauche de l'église

C’est sur cette dernière image qui met en perspective la richesse du terroir des Basses Gréolières par apport aux restanques pierreuse des Hautes Gréolières, dont on aperçoit l’église Saint-Etienne, que la sortie s’achève. Deux villages, deux églises, séparés de quelques centaines de mètres, qui ont vécu côte à côte au XIIIe siècle, sur un territoire occupé depuis l’Antiquité, et même avant.

GRÉOLIÈRES

Sur le lien ci-dessous, un résumé de l'histoire de tous les sites de Gréolières

 

Un grand merci à notre guide, Denis Biette.

 

 

______________________________

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents